La DGS a émis jeudi 20 août 2020 une recommandation de dépistage par test RT-PCR pour les profesionnels de santé. Vous pourrez la lire en bas de page : il s’agit d’encourager les professionnels de santé à se faire dépister en cas de contact avec un patient avéré COVID-19.

coronavirus-6Bien entendu, il convient de rester serein et d’agir avec circonspection et bon sens.

Qu’est-ce qu’être personne contact ?

La circulaire Santé Publique France du 7 mai dernier (repris le 13/05 en mêmes termes par la DGS) explique ce qu’est une personne contact à risque, donc nécessitant un suivi, et donc dans notre cas un dépistage:

En l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact:

–    hygiaphone ou autre séparation physique (vitre)
–    masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas ou le contact
–    masque grand public fabriqué selon la norme AFNOR ou équivalent porté par le cas et le contact

Contact à risque = Personne

–    Ayant partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ;
–    Ayant eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, flirt, accolades, embrassades). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes-contacts à risque ;
–    Ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins ;
–    Ayant partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel …) pendant au moins 15 minutes avec un cas ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement ;
–    Étant élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université).

Les autres situations sont qualifiées de contact à risque négligeable.

Dans le cas des MK, il apparait donc que le danger le plus probable est l’exposition pendant les soins de kinésithérapie, sans protection (2 masques chirugicaux, ou 1 FFP2) mais qui ne devrait pas être possible si vous respectez les recommandations ministérielles générales et du CNOMK.

Si vous êtes contact d’un patient avéré Covid-19 les jours suivants, mais que vous aviez respecté le port du masque pour les 2 (vous+ patient), les protocoles de désinfection (mains, tables, matériels, etc.) il ne s’agit pas d’une situation de contact à risque (sinon tous nos médecins, dentistes, IDE et MK seraient plus ou moins arrêtés, en quatorzaine ou contaminés).

Par contre, dans les cas ou vous n’étiez pas protégé, en général en dehors des situations de travail, et comme le prévoient les recommandations de la DGS :

  • ayant participé à un rassemblement de nombreuses personnes – repas de famille, mariages, festivals, concerts, funérailles, etc.
  • au retour d’une zone à risque : séjour à l’étranger ou à Mayotte ou en Guyane ou dans un autre lieu, y compris en métropole, dans lequel la circulation du virus est élevée (foyer épidémique (cluster) ou incidence anormalement élevée, )
  • revenant de congés quelle que soit la zone de villégiature, s’il prend en charge des patients fragilisés : immunodéprimés, insuffisants respiratoires, sujets âgés;test PCR

ainsi que dans les cas où :

il est alors impératif de vous faire dépister tel que recommandé : test RT-PCR (voie nasale)

Le protocole en général pratiqué, bien que légèrement variable selon les sources, est un prélèvement à 3 ou 4 jours post contact, et en cas de résultat négatif, un contrôle à 7 jours post-contact.

Les lieux de dépistage dans l’Allier sont faciles à trouver en allant sur https://sante.fr/recherche/trouver/DepistageCovid et en acceptant la géolocalisation proposée (environ 25 points sur le département).

Quatorzaine ou pas?

Dans ces cas de contact à risque, la quatorzième s’impose, en attente de résultats négatifs au 3ème et 7ème jours.

Certains précisent, en cas de travail nécessaire non reportable, et en absence de signes cliniques, un travail au maximum à distance (téléconsultation) ou avec port masque FFP2 + gants + SHA etc ; et en évitant les patients à risques (stop EHPAD, insuffisants respiratoires,  diabétiques, patients âgés, etc ; cf. liste établie des patients à risques).

Il reste clair que pour un contact à J0, une information (que le patient est Covid-19 positif avéré) qui vous arrive à J2 ou J3, il est préférable de s’arrêter  un jour ou deux a minima en attendant le résultat du premier test.

Bien évidemment, le texte ci-dessus est destiné à vous aider, mais ne constitue ni une obligation, ni une recommandation en elle-même, et n’est pas opposable. Il  s’agit de raisonnement sur des textes validés, parfois incomplets, des recommandations officielles, et sur du bon sens.

coronavirus-8

Complément: « Tout ce qu’il faut savoir sur les tests de dépistage du Covid-19 » sur le site ameli.fr