Une couche supplémentaire ne fait pas de mal : tous, très consciencieux, nous nous laissons gagner par l’habitude et avons tendance à oublier de petites choses, de petits gestes essentiels… 

En cabinet de groupe, les uns rappellent aux autres. Isolé, c’est plus dur…

Nous nous permettons donc de revenir sur quelque points essentiels des bonnes pratiques pendant ce confinement :

 

Patients :

  • Masque dès leur entrée dans le cabinet ( de préférence chirurgical) et lors des balnéothérapies
  • Lavage de mains (avant la mise en place du masque): proposez à chaque patient de se laver les mains avec du savon et de l’eau ou une solution hydro-alcoolique à son arrivée et à son départ du lieu de consultation.
  • Attente dans une zone dédiée autant que possible;
  • Respect d’une distance d’au moins 1 mètre avec le personnel d’accueil, en particulier si des dispositifs de protection des personnels d’accueil (protection par vitre ou plexiglas de la zone d’accueil) ne peuvent être mis en place.
  • Limitation du nombre d’accompagnants, si nécessaire, à 1 personne.

affiche 2Espaces de consultation : 

  • Mise à disposition dans la salle d’attente une signalétique informative (affichage) ;
  • Mise à disposition dans la salle d’attente des mouchoirs à usage unique, des poubelles munies de sacs et d’un couvercle, du gel antiseptique ou une solution hydro alcoolique pour le lavage des mains ou un lavabo avec du savon liquide et des serviettes ; Au choix, un flacon de GHA est suffisant
  • Éviction (retirer) de la salle d’attente meubles inutiles, journaux, jouets ;
  • Élimination des déchets issus des malades potentiels.

Il est par ailleurs nécessaire :

  • D’entretenir les surfaces et de les nettoyer au moins deux fois par jour ;lave 1
  • De désinfecter les surfaces avec les produits détergents désinfectants habituels selon les indications du fabricant ; respectant la norme spécifique EN …
  • De porter une attention particulière aux surfaces en contact direct avec le malade (poignées de porte, meubles, chasse d’eau, lavabo, etc.);
  • D’aérer largement et régulièrement les locaux.

Les mesures de prévention préconisées pour les professionnels de santé sont :

  • Le port d’un masque chirurgical pendant ses plages de soin avec nettoyage des mains entre chaque patient (voire masque FFP2 pour certains actes et/ou consultations à risque, selon les recommandations en vigueur)
  • Le patient doit porter un masque pendant la durée du soin.
  • La désinfection après chaque patient des instruments utilisés pendant la consultation et des surfaces possiblement touchées par le patient (poignées de porte, chaises, table d’examen, bureau).
  • Le nettoyage au moins 2 fois par jour des surfaces de travail (y compris bureau), poignées de porte, téléphone, claviers et imprimantes.

En cas de consultation présentielle avec un cas probable ou confirmé Covid-19, les mesures de protection de type gouttelette (surblouses, masques FFP2, charlotte, gant, lunettes) doivent pouvoir être mises en œuvre dans la mesure du possible.

Retrouvez tous les détails de nos recommandations dans notre guide des bonnes pratiques.

Les visites à domiciles

Dans le but de limiter le risque de transmission, les déplacements aux domiciles doivent être limités et les téléconsultations ou les télésoins privilégiés.

Si le soin au contact du patient est nécessaire, il est préférable de planifier la tournée de visites à domicile en commençant par les patients asymptomatiques ou non-Covid en premier, puis les personnes fragiles, les patients suspects ou contacts de Covid-19, et enfin les patients infectés en dernier.

La HAS, dans le document «Réponses rapides dans le cadre du Covid-19 –Mesures et précautions essentielles pour le Masseur-Kinésithérapeute auprès des patients à domicile» propose, pour chaque patient, qu’une évaluation préalable du rapport bénéfice / risque de la visite à domicile soit réalisée. Elle repose sur des questionnements systématiques, comme par exemple :

  • Les actes sont-ils indispensables à domicile pour ce patient ?
  • Le patient et son entourage semblent-ils suffisamment autonomes pour s’investir et effectuer l’acte de soin à distance par télémédecine/télésoin ?
  • Quels sont les risques en cas d’abstention de déplacement au domicile ?
  • Suis-je doté du matériel de protection nécessaire aux soins à domicile ?