Ça y est,  nous allons pouvoir nous faire vacciner, et de façon prioritaire, et plus particulièrement ceux d’entre-nous qui sommes âgés de plus de 50 ans, ou qui sommes classés à risque.
Les autres aussi pourront se faire vacciner, mais cela reste un acte volontaire.

 

Être à risque en ayant moins de 50 ans, c’est, comme pour nos patients, être porteur  :

  • d’antécédents cardiovasculaires: hypertension artérielle compliquée, accident vasculaire cérébral ou  coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • d’un diabète insulinodépendant non équilibré ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  •  d’une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  •  d’une insuffisance rénale chronique dialysée  et les malades atteints de cancer sous traitement.
  • d’une obésité avec IMC>30
  • pour les femmes, être enceintes au 3e trimestre

 

 

Quelques précisions:

C’est un vaccin a ARN messager, d’efficacité d’environ 94% (si 2 injections, rapporté de 50 à 60% si 1 seule). Vous trouverez ici des éclaircissements sur ce type de vaccin: https://youtu.be/Dj24-PBPj5s

 

Il y a des effets indésirables connus (comme tout vaccin) :

Rougeur, gonflement, durcissement ou douleur au site d’injection, bénins et qui disparaissent spontanément en quelques jours.

Plus sporadiquement, des réactions dites générales peuvent également arriver : fièvre, malaise, douleurs musculaires ou maux de tête.

Les effets indésirables graves sont beaucoup plus rares. Un effet indésirable est dit grave lorsqu’il entraîne une invalidité importante et durable, lorsqu’il provoque une hospitalisation ou  lorsqu’il est susceptible de mettre la vie du patient en danger.

Les réactions allergiques graves de type anaphylactique peuvent être provoquées par les antigènes vaccinaux mais aussi d’autres composants du vaccin. Elles sont exceptionnelles (estimées à 1,3 réaction par million de doses quel que soit l’âge) mais leur gravité potentielle nécessite que tout médecin pratiquant une vaccination doit s’entourer des précautions habituelles : surveillance après vaccination et adrénaline injectable à disposition. Ces réactions surviennent dans un délai très court (moins d’une heure) après l’injection.

Être vacciné ne dispense pas des gestes barrières, au cabinet comme en privé !